top of page

Une forêt Miyawaki à Wolfisheim dans le cadre du Projet Educatif de Territoire (PEDT)

La micro-forêt est à la forêt ce que le village est à la ville.


Concrètement, il s’agit de restaurer un « écosystème forestier » en plantant de jeunes arbres très serrés (3 au m² en moyenne) et en privilégiant des espèces locales. On se base sur l’observation des espèces qui poussent autour du terrain choisi tant pour les arbres à haute tige que les buissons et autres.

Les promoteurs mettent en avant la croissance rapide des arbres et la restauration d’un « écosystème forestier » en quelques années, sans intervention humaine au-delà de la plantation.


Deux classes de maternelles et six classes élémentaires ont participé à ce projet transversal initié par la commune, soutenu par Beeforest et financé par Pampers et son action de Reforest’Action dans le cadre de la Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE), un véritable atout dans le développement durable.

Aussi, après une partie théorique dans les écoles, les enfants et la population ont été invités à planter et pailler environ 1.000 arbrisseaux le long de la piste cyclable à la hauteur du terrain de foot.


Planter une mini-forêt, c’est donner de l’air aux générations futures.

Mathieu Verspieren (06 67 23 41 66) est à la disposition des communes pour renouveler l’expérience.




12 vues1 commentaire
bottom of page